Les messages du corps (5)

LE SYSTÈME NERVEUX

D'après le livre de Michel Odoul "Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi" Ed Albin Michel

Le système nerveux centralise, stocke, restitue et fait circuler les données innées ou acquises par l'individu, lui permettant d'exister et d'évoluer dans son environnement. Son rôle est essentiel et il participe à la moindre activité de notre organisme.

Il se divise en deux : le système nerveux central et le système nerveux autonome, appelé aussi neurovégétatif. Au niveau organique, il est composé du cerveau, de la moelle épinière et des nerfs.

Le système nerveux central

Il gère la pensée, les mouvements conscients et toutes les sensations. Il se compose de l'encéphale, de la moelle épinière et des nerfs périphériques. Toute pensée consciente, toute décision et toute action volontaire passent par lui.

Les maux du système nerveux central sont le signe de nos difficultés à gérer consciemment et intellectuellement notre vie et nos émotions.

Les excès de travail, la dureté, la tendance à vivre et à résoudre les choses par la pensées, et non par les sentiments, vont se manifester par des déséquilibres, des maladies ou des tensions du système nerveux central.


Le cerveau

Il est l'ordinateur central. C'est en lui que s'élaborent les pensées, que se stockent la plupart des informations et que se prennent les décisions conscientes.

Les maux du cerveau sont le signe de notre difficulté à gérer par la pensée les situations de notre vie. La conscience « consciente » domine et veut tout maîtriser mais n'y arrive pas. Notre rapport à la vie est construit sur la raison, la logique rationnelle et le raisonnement. Les tensions cérébrales ou les pathologies cérébrales expliquent cette volonté de tout régler par la pensée dure et sans émotions. Le fait de raisonner toutes choses en termes de rentabilité aux dépens du côté humain se traduit souvent par des problèmes cérébraux. Partant de la simple migraine en passant par les vertiges, les troubles de la concentration et de la mémoire puis les problèmes circulatoires, ils finissent parfois par des tumeurs ou des burn out.

Ces manifestations du déséquilibre de notre rapport à la vie apparaissent la plupart du temps chez les citadins ayant une activité professionnelle de bureau ou intellectuelle. Elles sont beaucoup plus rares chez ceux qui ont une activité manuelle ou physique qui les oblige à rester connectés avec la vie réelle et avec leur corps.

Les déséquilibres cérébraux nous parlent enfin de notre difficulté à laisser de la place au plaisir et à la joie simple dans notre vie. La prédominance de la raison implique le besoin d'avoir raison et de fuir l'erreur qui n'est vécue que comme un signe de faiblesse. On refuse la composante humaine de l'erreur, sa nécessité et sa dimension expérimentale et évolutive, pour ne plus en retenir que la notion de faute et par conséquent de culpabilité. Ce blocage des idées s'accompagne d'une grande difficulté à changer d'opinions et de modes de pensée et peut se traduire par des tensions cérébrales, des migraines ou des maux de tête.


La moelle épinière

Elle est la partie du système nerveux qui descend à l'intérieur de la colonne vertébrale. Elle joue un rôle de transmetteur des données et des consignes cervicales vers toutes les parties du corps. Mais elle possède aussi une certaine autonomie, en ce sens que certains réflexes (réflexe du genou par exemple) sont directement gérés par elle. Composée à la fois par des fibres nerveuses (substance blanche) et par des neurones (substance grise), elle utilise un système de « boucle ». ce bouclage fait qu'un stimulus douloureux n'a pas besoin d'aller jusqu'au cerveau pour provoquer la réaction musculaire, l'information venant de la zone touchée allant directement au muscle.

Les maux de la moelle épinière montrent notre empêchement à traduire nos idées ou nos pensées dans la réalité. Ils expriment notre difficulté à agir et même à réagir, c'est-à-dire sans réflexion par rapport au contexte donné. Ils nous parlent enfin de notre refus de laisser la vie et la joie de vivre s'exprimer par nos actes ou nos réactions. Paralysies, myélites, méningites cérébro-spinales nous empêchent d'agir ou de réagir, de « faire » et par conséquent, de nous tromper, de commettre des erreurs.


Les nerfs

Ils sont nos « câblages » personnels qui permettent de mettre notre ordinateur central (le cerveau) en relation avec nos périphériques (organes, muscles, cinq sens...). Pour le système nerveux central, ils sont de deux types, sensitifs ou moteurs. Les nerfs sensitifs sont ceux qui transmettent les informations perçues vers le cerveau et la moelle épinière. Les nerfs moteurs sont ceux qui transmettent les ordres du cerveau ou de la moelle épinière vers la partie du corps concernée.

Les maux des nerfs expriment nos difficultés à faire passer les pensées, les désirs ou les envies dans le réel. La transmission « lâche » et les commandes ne fonctionnent plus. Un des cas typiques est celui de la sciatique paralysante qui bloque complètement le nerf sciatique et nous empêche ainsi de marcher, de nous déplacer, voire même de tenir debout.



Le système nerveux autonome

Aussi appelé système neurovégétatif, il a la charge de toute l'activité non consciente de l'individu. Les fonctions organiques (circulation sanguine, digestion, respiration...) mais aussi psychologiques, émotives et de défense (chair de poule, vomissement, rougeur du visage, instincts) dépendent de lui. Alors que le système nerveux central est en relation avec les muscles striés, il commande, quant à lui, les muscles lisses.

Il comprend le système parasympathique et le système sympathique. Les système parasympathique a la charge de tout ce qui touche à l'activité de routine de l'organisme, comme les fonctions organiques, alors que le système sympathique a la charge des activités d’excitation, de défense et d'urgence comme l'agressivité, la fuite. Le système neurovégétatif est géré par l'hypothalamus et le bulbe rachidien.

Les maux du système nerveux autonome expriment notre difficulté à relier en nous le Conscient et le Non-Conscient. Ils nous disent que notre Non-Conscient a de la difficulté à gérer les sollicitations qui viennent du monde extérieur et notamment les émotions. Il se passe alors un phénomène de saturation du système central conscient qui ne peut plus diriger notre activité physique car le système neurovégétatif prend les commandes. Il nous oblige à faire ou à ne pas pouvoir faire un certain nombre de gestes, d'actes ou nous empêche d'avoir accès à certains niveaux de conscience ou de mémoire. Toutes les manifestations de la spasmophilie, comme les tremblements, les tics dits nerveux, les nausées, les migraines, les crampes, les crises de tétanie sont les expressions de cette difficulté intérieure à maîtriser et à répondre correctement aux sollicitations du monde extérieur.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Richard Sylvie (samedi, 25 avril 2015 17:04)

    Merci pour toutes ces explications qui sont enrichissantes et nous permettent de réaliser que notre corps et notre esprit ne font qu'un.